Manta Ray au ciné-club le 12 mars 2019

Ciné-club Enjeux sur Image au Cinéma Opéra

Mardi 12 mars à 20h00

6, rue Joseph Serlin  Lyon 1er   Métro : Hôtel de Ville

Séance en présence de Gaël Labanti, directeur du Festival International du Premier Film d’Annonay


Manta Ray ราหู ราหู

Réalisé par Phuttiphong Aroonpheng (Thailande/1H45)


bande annonce: https://vimeo.com/285878765

En 2015, sur une colline de Padang Besar, une ville frontalière du sud de la Thaïlande, , fut découvert un site d’ensevelissement de corps de refugiés rohingyas. Mystérieuse et jamais élucidée, cette terrible énigme est obliquement évoquée par le récit en deux temps de Manta Ray où un homme blessé, laissé pour mort, est trouvé dans une mangrove par un jeune pêcheur thaïlandais. Celui-ci lui porte secours, l’accueille, le soigne et le nomme Thongchai. La relation grandit (même si l’étranger ne parle pas sa langue) jusqu’au jour où le pêcheur disparaît.

Le film a obtenu le Grand Prix du Festival d’Annonay 2019.

Édité avec élégance par l’équipe du jeune talent émergent Harin Paesongthai («Someone From Nowhere») et de l’as de la salle de coupe thaïlandaise Lee Chatametikool (la plupart des films d’Apichatpong Weerasethakul), «Manta Ray» est particulièrement bien servi par les subtiles ambiances sonores créées par le duo français Christine Ott et Mathieu Gabry. Le directeur de la photographie, Nawarophaat Rungphiboonsophit, apporte également une contribution précieuse, en analysant sans effort le matériel dramatique conventionnel et en prodiguant des images envoûtantes au cours des excursions du film dans le symbolisme et la métaphore. (Variety)

Les Rohingya, une minorité persécutée au Myanmar, fuient leur pays à bord de bateaux en ruines depuis des années à la recherche d’une vie meilleure. En janvier 2009, en Thaïlande, six bateaux chargés de réfugiés Rohingya ont été remorqués et laissés à l’eau par les autorités thaïlandaises. Cinq d’entre eux se sont noyés. Trois cents personnes ont disparu. En 2015, des fosses communes ont été découvertes dans un camp de trafic d’êtres humains situé près de la frontière sud de la Thaïlande, contenant 30 corps de migrants rohingyas avec une cause de décès mystérieuse. 

Manta Ray est mon projet dédié à ces victimes.

Le thème est l’obscurité de l’identité, face au droit fondamental que chaque personne doit posséder d’habiter sa propre identité, qu’elle soit sous forme de carte d’identité officielle ou non. Tout le monde existe dans le même monde, et plusieurs personnes peuvent partager le même nom, qu’il s’agisse de réfugié, d’étranger inconnu ou même de célébrité. 

L’histoire s’articule autour de deux personnages principaux: un inconnu de la mer et un pêcheur thaïlandais qui le sauve.

Je peux me résoudre à comprendre le ressentiment du pêcheur à l’égard de l’étranger à qui il avait l’habitude d’offrir son amitié. Et je comprends aussi que l’étranger ne souhaite pas prendre en charge la vie et les biens de son ami. Mais je ne pourrais jamais comprendre comment cette tragédie se produit ici.

Je ne souhaite pas que l’un de ces personnages soit condamné ou jugé. J’espère seulement que le film pourra refléter cette fragilité et cette imperfection de l’homme. À la fin, je voudrais juste faire un film avec une bonne intention envers les êtres humains, ce qui est, je suppose, la raison principale pour laquelle je voudrais faire ce film. 

  • Phuttiphong Aroonpheng

http://www.diversion-th.com/mantaray

http://www.annonaypremierfilm.org

http://www.lepolyester.com/critique-manta-ray

Prochain ciné-club mardi 9 avril avec un film Malgache: Fahavalo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :