Cinéma à Lyon II en février 2016

  • Séances gratuites à l’Amphithéâtre culturel Porte des Alpes à Bron !

WEBignette_doc.jpg

Le Festival Doc en courts, dédié au court métrage documentaire, présente sa quinzième édition ; une dizaine de courts métrages seront projetés en trois séances le 4 février

La soirée de clôture s’est déroulée à l’ENS de Lyon salle Kantor le 11 février 2016 et a décerné les prix suivants:

PALMARES 15e FESTIVAL DOC EN COURTS :

GRAND PRIX 15e FESTIVAL DOC EN COURTS:

Pour le déséquilibre dans lequel le film nous place,

Pour les instants de grâce fulgurante surgis de cette promenade inattendue 

dans un lieu que se réapproprient en toute liberté deux acteurs,

Le Jury décerne le Grand Prix Doc en Courts 2016 au film

La Visite de Pippo Delbono

PRIX GRAINE DE DOC 15e FESTIVAL DOC EN COURTS

Le court métrage primé porte un regard tendre sur un groupe de jeunes gens 

qui ont réalisé un film. Il nous confronte au plaisir premier et ludique du cinéma 

tout en nous invitant à jouer et à réfléchir à la profondeur de ce jeu.

Le Jury décerne le Prix Graine de Doc 2016 au film

La Película de Coline Costes et Janis Reyes

Pour la pertinence et la simplicité de cette traversée de Paris qui donne toute sa place à la voix de ces invisibles qui entretiennent les Vélib,

Le Jury décerne une Mention Graine de Doc au film

On ira à Neuilly inch’allah de Mehdi Ahoudig et Anna Salzberg 

PRIX DU PUBLIC 15e FESTIVAL DOC EN COURTS

Quelque chose des hommes, de Stéphane Mercurio

Le palmarès sera repris au Centre Pompidou le vendredi 11 mars 2016 à 20h (entrée gratuite)

Cet événement est produit par l’association Doc en courts en partenariat avec le service de la médiation culturelle de l’université. Il est organisé par le master professionnel DASI (Diffusion des Arts et des Savoirs par l’Image) de l’Université Lumière Lyon 2.

Accès direct : Présentation | Séance de 10h | Séance de 14h | Séance de 16h | Jury | Equipe Doc en courts

PRÉSENTATION

Plus que jamais, la ligne éditoriale de Doc en courts tient ferme le cap de l’expérimentation documentaire. Celle-ci, à la différence du « documentaire qui documente », ne vise pas à informer ou à éduquer, mais à porter un regard subjectif sur l’expérience humaine, qu’elle interroge en s’autorisant toutes les audaces, tant au plan de son dispositif ou de son mode opératoire, de ses puissances plastiques et sonores ou de son montage. A travers un dispositif technique et un regard artistique, l’expérimentation documentaire est toujours une construction du réel. Elle noue toutes formes d’alliances avec la fiction ou l’animation, mais aussi avec l’ethnologie et l’art contemporain. Chemin faisant, le spectateur fait lui aussi une expérience sensorielle, parfois stimulée, et cette année tout particulièrement, par le caractère taiseux des films présentés, silencieuse protestation contre le bavardage documentaire (« les documentaires parlés ») dont nous abreuve la télévision.
Désormais accueillie par l’Université Lumière Lyon 2 puis pour son palmarès par l’ENS de Lyon et le Centre Pompidou à Paris, Doc en courts se voudrait un observatoire de la création documentaire en format court, en même temps qu’un banc d’essai des jeunes talents.

SEANCE DE 10H

La Pelicula
Coline Costes et Janis Reyes
Cuba – 2015 – 25 min.

A Cuba le “paquete semanal” est une sélection digitale hebdomadaire. Un groupe de jeunes du quartier Jesús y María utilise ce mode de diffusion underground pour faire connaître leur film. Ils racontent les obstacles techniques, économiques et politiques auxquels ils se trouvent confrontés, mais aussi comment leur engagement dans leur projet cinématographique a changé leur image de délinquants.

Muebles Aldeguer
[Le Mobilier
]
Irene M. Borrego
Espagne – 2015 – 15 min.

Comme tous les matins, Manuel Aldeguer ouvre sa boutique : un magasin de meubles ringards situé dans une petite ville espagnole. Une nouvelle et interminable journée de travail commence où Manuel devra une fois de plus tuer le temps…

Un Lézard dans la peau
Maud Neve
Belgique – 2015 – 15 min.

Seule à Ibiza, j’observe la peau des autres…

La part de l’ombre
Olivier Smolders
Belgique, France – 2014 – 28 min.

Le jour du vernissage d’une importante exposition de ses oeuvres, le 4 janvier 1944, le photographe hongrois Oskar Benedek disparaît sans explication. Plus de soixante ans plus tard, une enquête met au jour son étrange histoire.

Éphémères
Yuki Kawamura
France – 2014 – 14 min.

« Larve longtemps, sublimago quelques heures et imago pour la reproduction, non doté pour son alimentation, cet être fugace évoque la survivance des lucioles exprimée par Pier Paolo Pasolini. Citant Philippe Jaccottet, Yuki Kawamura juxtapose temps et mouvement sans craindre l’instant immobile. »
Gilles Grand / FID Marseille

SEANCE DE 14H

Hors compétition
The Old Jewish Cemetery
Sergei Loznitsa
Pays-Bas, Lettonie – 2014 – 20 min.

Un lieu calme et tranquille dans les faubourgs de Riga, capitale de la Lettonie, se révèle peu à peu, sous l’oeil insistant de la caméra, comme le centre oublié du destin tragique des milliers de Juifs de Riga massacrés par les Nazis. Dans les années 1960, ce cimetière juif est devenu “le parc des brigades communistes”.
Aujourd’hui, le parc accueille quelques alcooliques, des jeunes gens du coin et des touristes américains…

Quelque chose des hommes
Stéphane Mercurio
France – 2015 – 27 min.

La cinéaste Stéphane Mercurio s’est glissée dans l’intimité des séances de prises de vue de la série Père et Fils du photographe Grégoire Korganow…

La Visite
Pippo Delbono
France – 2015 – 23 min.

Bobo et Michael Lonsdale sont seuls au Château de Versailles.
Ensemble, ils déambulent dans ce lieu fantomatique empreint de pouvoir. Le réalisateur Pippo Delbono propose un voyage singulier dans ce lieu d’exception.

On ira à Neuilly inch’allah
Anna Salzberg, Mehdi Ahoudig
2015 – France – 20 min.

Des travailleurs des Vélib’ décident de rejoindre Neuilly, en vélo, pour revendiquer leurs droits.

SEANCE DE 16H

Elle pis son char
Loïc Darses
Québec – 2015 – 29 min.

Montréal, hiver 2003. Après avoir écrit une lettre à l’homme qui a abusé d’elle alors qu’elle était enfant, Lucie décide de partir en voiture jusqu’à son village natal, afin de la lui remettre en main propre. Elle filme elle-même ce périple qui devient progressivement un exorcisme aussi nécessaire que douloureux. Une décennie plus tard, son fils retrouve les enregistrements et monte ce film qui devient à la fois un hommage au courage d’une femme qui sut se tenir debout, une déclaration d’amour à une mère, et un cri de rage contre tous les salauds qui, un jour, ont cru pouvoir abuser de l’innocence d’autrui.

Obiekt object
Paulina Skibin’ ska
2015 – Pologne – 15’

Un essai créatif et poétique dont l’action se partage entre l’étendue d’un désert de glace et ses profondeurs sous-marines. L’histoire, sans dialogue, est racontée du point de vue des plongeurs en quête d’un “objet” mystérieux, et de l’équipe de sauvetage les attendant sur la berge.


Suleima

Jalal Maghout
Syrie – 2015 – 15 min.

Adaptation d’une interview d’une femme syrienne, Suleima, qui a participé à la révolution depuis le commencement et qui fut détenue deux fois. Elle déclare : « Je préférerais mourir que de voir quelqu’un se faire arrêter sans essayer de l’aider. »

Muerte blanca
Roberto Collío
Chili / 2014 / 17 min.

Muerte blanca est le portrait impressionniste d’un paysage marqué par une tragédie. Un hommage aux 44 soldats et au sergent qui sont morts lors d’une tempête de neige, lors d’un entraînement dans la région d’Antuco, au Chili.

LE JURY

Elise Domenach est philosophe du cinéma et critique de cinéma, membre du comité de rédaction de la revuePositif. Maître de conférences en études cinématographiques à l’ENS Lyon. Elle est l’auteur de Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme (PUF, 2011) et de Fukushima en cinéma. Voix du cinéma japonais (Presses de l’Univ. de Tokyo, 2015).
Diplômée de l’école nationale supérieure d’art de Cergy-Pontoise, Valérie Mrejen développe son travail à partir d’événements du quotidien, de détails cruels et burlesques de l’existence, de souvenirs, de lieux communs ou de malentendus. Ses oeuvres ont été présentées dans de nombreuses expositions en France (notamment à la Galerie du Jeu de Paume en 2008) comme à l’étranger. Vidéaste, plasticienne et romancière, elle fut lauréate du Prix Bernheim en 2014.
Après des études à l’école nationale supérieure d’art de Cergy-Pontoise, Béatrice Plumet a d’abord coréalisé avec Lucie Phan, sur un mode ludique et expérimental, quatre courts métrages de fiction. Depuis, s’intéressant à plusieurs formes de narration, elle alterne fictions, essais vidéos et documentaires. Elle a reçu en 2015 le Grand Prix Doc en courts (14e édition) pour son film Les Immobiles.

L’EQUIPE DOC EN COURTS

Direction du festival : Jacques Gerstenkorn
Ont participé à la programmation : Daniela M. Cerdan, Charline Fayret, Noémie Fidélin, Gala Frécon, Laura Perrachon (Master professionnel des arts et des savoirs par l’image de l’Université Lumière Lyon 2)

Le ciné-club de l’université pour (re)découvrir les chefs-d’œuvre, les films rares ou les auteurs majeurs du septième art.

WEBvignette_gandhi.jpg

Gandhi, Richard Attenborough  – 1982 – Inde/Royaume-Uni – 3h10
mardi 9 février 2016 – 12h & 18h

Cerre reconstitution historique retrace différents éléments de la vie de Mohandas Karamchand Gandhi et de la lutte pour l’indépendance indienne.

Le 30 janvier 1948, le mahatma Gandhi tombe sous les balles d’un fanatique hindou. Il incarnait, depuis trente ans, le nationalisme indien. Son combat a démarré très tôt. Au début du siècle, jeune et brillant avocat, il part défendre un compatriote en Afrique du Sud. Là, il subit l’humiliation qui déterminera sa lutte. Un contrôleur de train, indigné par sa présence en première classe, le jette sur la voie sans autre forme de procès. Après une longue méditation, Gandhi s’installe dans le pays pour faire face au racisme. A 37 ans, il se rase le crâne, fait voeu de chasteté. Puis il rentre en Inde, où sa campagne de désobéissance civile lui vaut d’être emprisonné à plusieurs reprises. En 1930, la marche vers la mer et le sel, dont les Anglais ont fait un monopole, provoque le premier d’une série d’affrontements avec les autorités coloniales…

Retrouvez la programmation complète du ciné-club ici

WEBvignette_citronniers.jpg

Les Citronniers, Eran Riklis  – 2009 – Allemagne/France/Israël – 1h48
mardi 16 février 2016 – 12h & 18h

Depuis la mort de son mari, les revenus de Salma dépendent de la vente des citrons que veut bien lui fournir le seul et unique citronnier qu’elle possède. Mais lorsque son nouveau voisin qui n’est autre que le ministre israélien de la défense s’installe, il lui demande de supprimer son arbre. Salma refuse et porte l’affaire devant la Haute Cour de Justice.

« Un ministre de la Défense israélien, une Palestinienne accrochée à sa plantation de citrons, un mur séparant la Cisjordanie, un procès devant la Cour suprême : les ingrédients des Citronniers brassent tous les sentiments contradictoires de l’histoire contemporaine du Proche-Orient. En s’attachant à des personnages types emblématiques de cette région et en dessinant deux portraits de femmes aux convictions chevillées au corps, Eran Riklis peint son pays tel qu’il le voit : un Israël empêtré dans des absurdités historiques et administratives qui empêche cette jeune nation de grandir. » Etz Limon

courTs bouillonS #4

 le 18 février 2016 de 18h à 20h                                      WEBvignette_CB#4.jpg

Séance de projection de réalisations étudiantes 2014 – 2015 du département ASIE (Arts de la Scène, de l’Image et de l’Ecran)

La pratique représentant le souhaitable voire l’indispensable pendant de l’apprentissage théorique des arts, reste au fil des années au coeur des choix de l’équipe pédagogique du département ASIE de l’Université Lumière Lyon 2.

Projets libres ou issus d’ateliers, cette séance offrira de découvrir quelques-unes des plus prometteuses réalisations étudiantes de l’an dernier, acomptes d’auteurs sélectionnés pour l’occasion par les enseignants « tuteurs de projets ».

Premiers gestes créatifs à partager d’individu à individu ou en festivals, ils soulignent savoir-faire et savoir-penser de leurs auteurs et participants et constituent pour chacun les premières cartes de visite professionnelles garantes d’une insertion réussie. Tremplins vers d’autres modes de production, ils démontrent en grande cohérence et si besoin était, que la finesse, la créativité et le talent ne sont en rien liés à la démesure des moyens.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :