Du 16 juillet au 4 août 2012, DE L’ECRIT A L’ECRAN : résidence de cinéastes dans le Vercors

Cette année, c’est le réalisateur Aurélien Vernhes-Lermusiaux qui viendra séjourner  quelques semaines dans le Vercors pour commencer l’écriture d’un film long-métrage et encadrer un atelier de réalisation documentaire ouvert à tou(te)s.

Né dans le sud de la France dans les années 80, Aurélien Vernhes-Lermusiaux est diplômé du Fresnoy, Studio national des arts contemporains. II réalise des films de fiction et des essais documentaires : Le fracas des pattes de l’araignée (2012), Le jour où le fils de Raïner s’est noyé (2011), Le Rescapé (2010), The Passenger (2008), L’inconnu (2007), La Lèvre fendue (2006)… souvent primés en festivals ; ses films ont aussi été diffusés à la Galerie du Jeu de Paume, au Centre Georges Pompidou ou à la Cinémathèque Française.

Collaborateur régulier de revues de cinéma et intervenant dans différentes écoles d’art, il a aussi travaillé sur des films de André Téchiné, Youssef Chahine, Elia Suleiman, Sharunas Bartas, Richard Dembo, Jacques Audiard… Actuellement, il développe un long métrage de fiction Nous ne garderons ni les fleurs ni le photographe et travaille à l’écriture d’un second Almeria.

PROJET DE FILM DÉVELOPPÉ PENDANT LA RÉSIDENCE

Pendant deux semaines, Aurélien Vernhes-Lermusiaux travaillera sur l’écriture de son prochain long-métrage : Almeria.

« Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait ou vous défait. » Nicolas Bouvier, L’Usage du monde, 1963

L’ouragan Katrina a dévasté une grande partie de la Nouvelle Orléans, il y a tout juste 2 mois. Peter, 35 ans, a été réquisitionné pour tenter de réhabiliter les bâtisses encore debout. La ville en plein chaos et délaissée par le pays doit aussi supporter un conflit social qui se développe avec de plus en plus de virulence. Peter, jeune révolutionnaire utopiste, participe activement aux rassemblements.

Alors que son quotidien se résume à mettre les mains dans la boue ou à se battre pour une égalité illusoire, un soir en rentrant chez lui, il découvre un message sur le répondeur de son téléphone. Un message en français qu’il comprend à peine, mais suffisamment, pour être en état de choc. Au bout du fil, Sandrine, une française se présente comme sa demi-soeur et lui annonce que son père qu’il n’a jamais connu est en train de mourir. Après plusieurs jours de réflexion et d’incompréhension, Peter décide de partir en France à la rencontre de l’homme et de la jeune femme. Alors qu’il part à la recherche de son histoire, à son arrivée à Toulouse le père vient de mourir. Face à Peter, Sandrine sous le choc qui ne parle pas un mot d’anglais et lui en colère qui ne connaît pas le français. Bloqué quelques jours sur place, Peter finit par accepter d’accompagner  andrine jusqu’à Almeria en Espagne pour tenir une promesse…

 Visualiser tout le programme  « De l’écrit à l’écran »  : ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :