Du 25 au 29 janvier 2012, au cinéma Les Alizes (Bron) : Drôles d’endroit pour des rencontres

Pour cette 21ème édition des Rencontres du cinéma français de nombreuses avant-premières(7), des longs et courts-métrages, des documentaires, un film jeunesse… et bien sur la présence des équipes des films. Des premiers films prometteurs et des cinéastes plus confirmés.

Tout d’abord une projection jeunesse, Zarafa, l’histoire d’amitié entre un enfant et une girafe depuis les terres égyptiennes jusqu’au territoire français. Cette projection sera précédée d’une animation conte.

Certains réalisateurs des Rencontres partent d’une actualité :

  • Ainsi David Dusa marqué par la révolte étudiante iranienne, et la répression violente qui en a découlée, présente un film où réseaux sociaux, danse et faits historiques vont s’entremêler…
  • Thierry Benisti offre par l’intermédiaire d’Agathe Bonitzer une interprétation d’une relation possible entre une jeune française installée à Jérusalem et un palestinien.
  • Philippe Faucon lui décide d’explorer le quotidien de trois jeunes de la banlieue lilloise, qui basculent peu à peu dans un groupe islamiste radical. Quant à Eric Guirado il a décidé pour son nouveau long métrage de partir d’un fait divers, l’affaire Flactif.

Mais les Rencontres 2012 ce sera aussi Ici bas de Jean-Pierre Denis, L’oiseau d’Yves Caumon présenté par Bertrand Gore qui nous apportera son regard sur le cinéma à travers l’angle de producteur du film, Let my people go  en présence de Mikael Buch.

François Bégaudeau viendra nous parler d’un cinéma qu’il affectionne particulièrement celui de Rabah Ameur-Zaïmeche et en particulier de son dernier film Les Chants de Mandrin

Cette année encore, des projections de courts-métrages en partenariat avec le cinéma le Zola.

Les Rencontres c’est aussi des documentaires avec Le Sens de l’âge, Honk, La Cité retrouvée, Les Nouveaux chiens de garde, des thèmes variés comme la peine de mort, le pouvoir des médias, la vieillesse, la banlieue avec pour en débattre les réalisateurs ou des invités spécialisés…

Pour clôturer ces cinq jours de cinéma Le Grand Tour, un “documenteur” belge qui suit le périple d’une fanfare amateur composé de 10 hommes.

Plus d’information sur le site du festival

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :